La couverture en cas de sinistre dans une location saisonnière

Assurance - couverture voyages

Pendant vos vacances, certains sinistres peuvent arriver même si l’on souhaite que tout se déroule au mieux.
La question qui se pose dans ces instants est si votre assurance couvre ce type de problème. Pour éviter de telles interrogations, voici quelques conseils à prendre en compte.

Les assurances du propriétaire

Avant de finaliser la réservation d’une location saisonnière, il est conseillé de vérifier les garanties souscrites par le propriétaire pour son bien.
En effet, ce dernier doit faire savoir à son assureur que son bien va être mis en location. Son contrat d’habitation multirisque devra se composer d’une garantie responsabilité civile du propriétaire. Le loueur devra également vérifier que la garantie s’appliquera aussi à ses locataires.
Le propriétaire devra également avoir souscrit à une assurance recours des locataires contre le propriétaire pour être couvert en cas de sinistre sur les locataires incombant à l’état de l’habitation.

Le renoncement à un recours

Le locataire devra demander à ce que figure dans le contrat l’assurance que son propriétaire renonce à engager une procédure de réclamation à l’encontre du locataire en cas de sinistre (incendie ou dégâts des eaux).
En effet, puisque la location doit bénéficier d’une assurance multirisque habitation, le propriétaire est déjà couvert par son assurance. Si ce n’est pas le cas, le vacancier devra souscrire à une assurance pour la durée de son séjour.

La clause villégiature

Il n’est pas obligatoire de souscrire à un nouveau contrat pour les vacances. Il suffit parfois de vérifier celui de l’assurance habitation.
En effet, si le locataire a déjà souscrit à la garantie villégiature par son assurance habitation, il est d’ores et déjà couvert pour les sinistres sur la maison ainsi que pour la responsabilité civile si un tiers avait été affecté par le sinistre.

Extension d’assurance habitation

Sans la clause villégiature, il est conseillé au vacancier de demander une extension de son contrat d’habitation pour obtenir cette couverture.
Il peut aussi cependant demander la souscription à une assurance risques locatifs et recours voisine, limité à la durée de son séjour auprès de son assureur.

Les limites d’une assurance carte bancaire

Les cartes bancaires offrent aujourd’hui certaines assurances, mais qui ont pourtant leurs limites . Il ne faut donc pas penser que l’on est à l’abri avec une simple carte bancaire. Ce qu’il faut savoir sur le sujet pour ne pas être surpris en cas de soucis.
Pour ce qui est des cartes classiques, il faut savoir qu’elles ne couvrent pas grand-chose en ce qui concerne les voyages. Même si elles proposent l’assistance, les autres garanties comme pour une annulation, la responsabilité civile ou encore l’assurance bagage ne sont pas prises en charge.
Les cartes classiques ont de plus un plafond assez limité, ne permettant pas de faire de gros retraits à l’étranger en cas de besoin. Les garanties existantes sont aussi limitées à une période de 90 jours de voyage.

Quid des cartes haut-de-gamme ?

Dans le cas des cartes haut de gamme, la couverture est meilleure. En effet, elles couvrent l’assistance ainsi que l’assurance avec 100000 à 150000 € pour les frais médicaux, 2 millions d’euros € pour la responsabilité civile.
Mais attention, il faudra obligatoirement payer le voyage avec la carte concerné sinon les garanties ne prennent pas effet même si vous bénéficiez toujours de la garantie d’assistance.
À savoir que les offres que les assureurs de voyages proposent sont les plus complètes pour une bonne assurance.
En effet, ils disposent de différentes garanties intéressantes ainsi que de plafonds assez importants pour les frais médicaux et la responsabilité civile sans oublier les prestations complémentaires telles que le soutien psychologique ou encore les frais de secours en montagne et autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *